29 mai 2009

Google surfe sur la Wave



Pour ceux qui ont suivi l'émergence de HTML5, les navigateurs modernes vont permettre de développer des applications nettement plus riches, basées sur un canevas graphique complet et un modèle de communication complètement débridé (très loin de deux connexions HTTP que l'on a héritées de Mosaïc).
Google suit (anticipe ?) le mouvement en présentant Google Wave, qui se présente comme "ce que seraient le mail et la messagerie instantanée si on les avait inventés aujourd'hui". Ça parait flou ? Explication, basée sur la démo présentée au Google IO :

On part de ce qui ressemble pas mal à gMail, avec liste de contacts et boite de réception. Sauf que pour chaque personne impliquée dans une discussion, Wave signale de nouveaux événements ou contenu (pas juste de nouveaux messages). A l'intérieur d'une discussion on retrouve donc les outils de messagerie instantanée, de partage de profil et autres services "sociaux" devenus communs sur le web. Plutôt que de répondre à un message, on vient en compléter le contenu avec un complément apporté directement à l'original - on est alors à la limite de Google Docs.

Wave est donc en quelque sorte une fusion de tout ce qu'on trouve de collaboratif sur le web. Sur la base d'un sujet, on va inviter de nouveaux participants qui vont enrichir le contenu, ouvrir des discutions (globales ou privées), communiquer on- ou off-line et construire ensemble quelque chose de riche via un environnement unifié.

Subtilité indispensable, la possibilité de "rejouer" l'évolution de ce contenu dans le temps pour retrouver son état à un instant t, bien plus efficace que de remonter l'historique de ses mails !

Réservé à l'échange de document ? Que nenni, la démo présente une partie d'échec, l'échiquier étant le "contenu" partagé sur la Wave ! Autre exemple, une invitation à un barbecue ou chacun donne sa disponibilité. Les utilisations concrètes restent à inventer.

Tout ça ... dans n'importe quel navigateur digne de ce nom (donc n'importe lequel sorti en 2009 à l'exception d'IE qui reste comme toujours l'indécrottable poubelle du web). Pas de plugin, pas de siouxerie, et rapidement on met le navigateur en plein écran pour ne plus en sortir.

Le protocole utilisé par Google Wave est ouvert (http://www.waveprotocol.org/) et les données peuvent ainsi être hébergées sur vos propres serveurs -détail qui freine sensiblement le développement du cloud-computing !

[mon voyant me prédit l'avenir:ON]
Une idée comme ça pour tout ceux qui ont pesté sur les lenteurs d'Eclipse : imaginez une appli utilisant Wave comme éditeur de code, avec le "cloud" comme compilateur en tâche de fond ! J'écris du code, je convie Michel et Julien pour une relecture, je fais du Pair-programming en télétravail, je reviens à la version d'hier matin ... Une sorte de TeamCity poussé jusqu'au PC. Le poste de développement reste la seule (bonne ?) raison de conserver un PC surpuissant. A quand l'environnement de dev distribué ?
[mon voyant me prédit l'avenir:OFF]

A noter dans la même lignée la version Cloud de gOS (le "g" signifiant "good", et pas "google" comme on est très tenté de le penser) qui veut construire un OS ultra allégé (comprendre : net-PC) qui ouvre seulement un navigateur en plein écran contenant toute l'IHM en mode web - "browser operating system".
Quand on vous dit que la révolution du web est en marche...

3 commentaires:

MD a dit…

J'aime bien l'idée du Cloud-developpement, on monte une boite ?

Franck a dit…

Tu n'es pas le seul à penser au cloud development ;-)
Un petit article sur le sujet:
Bespin | Eclipse : Le retour du terminal X ?

nicolas deloof a dit…

Ben mince, moi qui pensais avoir pour une fois une idée visionnaire ... je suis donc condamné à arriver trop tard ? :'(