13 août 2010

Dallas, ton univers impitoyable ...

Les récents remous sur la ML Maven-dev, que je vous ai rapportés à chaud, m'amènent à m'interroger sur la stratégie de Sonatype.

Tout d'abord une mise au point : l'avenir de Maven n'est pas, mais alors pas du tout remis en question. Au contraire, l'activité supersonique de Sonatype sur le sujet et les réactions des committers montrent que l'intérêt pour le projet est bien vivant, que les idées et les bonnes volontés ne manquent pas. En témoigne le premier bug OutOfMemory identifié par Arnaud et les nombreux commentaires techniques qu'on peut lire entre deux trolls.

Ce qui crée la prise de tête, ce sont des aspects purement politico-phylosophiques, entre Jason qui veut aller vite, très vite avec la dream-team qu'il s'est créé, le clan des bisounours Apache-forever qui défendent bec et ongle le modèle du consensus, et la majorité de ceux qui veulent juste que le train avance sans perdre trop de wagons en chemin (1).

Ceci étant dit, on est en droit de s'interroger sur la stratégie de Sonatype. Plusieurs hypothèses :

Scénario 1 : Santa barbara
Brian est parti avec Jason, et du coup Brett lui en veut à mort, alors il s'est associé à Maria pour le lui faire payer. Comment va réagir Stephen ? Vous le saurez en suivant le prochain épisode de votre feuilleton de l'été. Pas convaincu ?



Scénario 2 : L'apocalyspe
Jason est l'antéchrist et Sonatype son église. Ils veulent détruire l'informatique de l'intérieur. Heuresement, les valeureux Apachistes défendent la terre promise de ses assauts. Bon, on passe.



Scénario 3 : Le complot
Une société secrète s'en montée et tente de nous dégouter de Maven, malgré les tentatives de Sonatype de sortir le projet de ses culs-de-sac techniques. Gradle tirerait les ficelles dans l'ombre et aurait prévu le coup de longue date en mettant de nombreux committers historiques sous hypnose. Improbable.

Scénario 4 : L'OPA
Sonatype veut fagociter Maven, pour suivre le modèle d'un JBoss, SpringSource, et autre eXoPlatform qui ouvrent leur source tout en gardant la main sur la roadmap. Comme tous les committers ne sont pas à vendre, la seule solution qui reste est le fork, et dans cet objectif il faut construire une cause acceptable : l'immobilisme face aux forces innovantes par exemple ?

J'avoue que j'ai pas mal penché pour cette hypothèse, mais ça c'était avant de croiser Jason à Devoxx pour sa conférence sur Maven 3...

Scénario 5 : Les Geeks en action
Jason est un gars dont les capacités de communication et de diplomatie sont inversement proportionnelles à son talent de programmeur; et c'est un excellent programmeur. Son objectif est de faire vivre sa boite avec le projet qu'il a créé de ses mains, et de le développer à sa guise sans qu'on vienne lui casser les pieds. Si le succès de Maven ne peut lui être attribué seul, son influence n'a jamais faibli.

C'est le pur Geek qui ne s'intéresse qu'au code et n'a que peu de complaisance pour les interminables discussions philosophiques sur la façon de faire telle ou telle chose; "Montre moi du code qui marche et on verra". Avec cet éclairage, accrochages et prises de bec avec les autres committers deviennent inévitables, mais cela ne retire rien à la pertinence de ses propositions.

Vous l'aurez compris, cette dernière explication est la bonne. Ne cherchez pas à dénigrer Maven en pointant du doigt son développement mouvementé. Soyez plutôt jaloux de voir autant de monde impliqué, et même une société qui vit et investit corps et âme sur son développement.

(1) avez-vous noté le subtil jeu de mot ? Wagon est l'un des composants de Maven qui va être remisé avec l'arrivée d'Aether :P

2 commentaires:

olamy a dit…

le 5 effectivement (mais je dirais aussi un soupçon de 4) donc 4,5 :-)
En revanche disparition de wagon au profit de aether : je ne pense pas que celà fasse la même chose.

nicolas deloof a dit…

d'après la structure des modules Aether, le module aether-connector-wagon laisse entendre que dans cette première version, wagon reste la couche de communication. Cependant, j'ai du mal à croire que le travail réalisé sur Mercury, qui annonçait clairement remplacer wagon par une API HTTP ultra pointue, parte 100% à la benne.