25 mai 2014

Machistes ?

On nous a signalé cet article sur la programmation du BreizhCamp.

Il y es dénoncé le machisme du comité de sélection qui aurait écarté les femmes du programme.
D'une part, je ne sais pas sur quels chiffres ces bien-pensants se basent, mais je n'ai jamais vu plus de 2 à 4% de femmes dans une équipe de développement - je parle bien de développement, pas de l'IT en général, le chiffre monte alors à 20% et quelques d'après le syntec, ce qui reste peu - j'ai l'impression que l'auteur se base sur ce chiffre quand il note "l’inégalité est flagrante, bien plus importante que la proportion réelle de femmes dans le domaine". Dommage de se baser sur des chiffres aussi générique lorsqu'on parle d'un domaine très ciblé.

Nous avons retenu 3 filles au programme et non une comme indiqué initialement par l'article, soit 50% de réussite à l'épreuve du call-for-papers, comme pour les hommes. Nous sommes en effet neutres et ne faisons pas de discrimination positive sur le sexe du speaker. Ce serait contre-productif à mon avis en proposant des sujets de moins bonne qualité et en les associants finalement aux speakeuses. Certaines femmes techos proposent d'excellent sujet, et n'ont pas besoin de cela pour être retenues.

On nous accuse aussi d'avoir une équipe 100% masculine à sélectionner les propositions. C'est en effet le cas, Marie-Christine étant partie à d'autres occupations, mais nous n'avons jamais communiqué la liste des membres du comité de sélection, il s'agit donc à nouveau d'une conclusion gratuite.

On nous accuse de ne pas prendre en compte le cas de femmes dans l'IT. Ca tombe bien, un sujet était au programme pour présenter Women in IT, co-présenté par un des organisateurs à l'initiative de ce mouvement sur Nantes.

Je suis moi-même membre de JDuchess, et bien que peu actif je pense être sensibilisé et tenter d'y apporter des réponse concrètes, comme d'héberger une après-midi Devoxx4Kids pendant le BreizhCamp et promouvoir ce mouvement, actuellement le meilleur moyen pour que la prochaine génération ne plafonne pas à nouveau à 2% dans les domaines techniques. L'un des membres de l'équipe (Nicolas Ledez) anime tout au long de l'année des ateliers, et est donc très impliqué dans la démarche.

Quand aux "maladresses (photos ou ton déplacé)" notées par l'auteur, qui sont en général le fait de quelques speakers et non des organisateurs, pour les femmes présentes que je connais elles sont bien vécues - certaines n'étant pas les dernières sur le sujet.

Alors quand je lis un article tirant de mauvaises conclusion sans plus de recherche, sur un site qui se veut observatoire du machisme dans les tech et de toute évidence bien mal informé, ça me fait mal. L'auteur, déjà contacté par quelques uns d'entre nous n'a pour l'instant pas répondu, en dehors d'un update mineur sur son décompte des speakeuses.

Je n'ai aucunement l'intention d'imposer un guide de bonne conduite à l'américaine. Au BreizhCamp il y aura aussi des gros mots, voir même quelques trolls contre PHP ou Python, j'espère que l'observatoire du bon parlé français ou le site des Pythonistes-béliquex ne nous en voudront pas - d'autant plus que c'est le but de la conférence : confronter les points de vue, parfois sur un ton ... canaillou :P. Donc si tu es une femme, que tu peux nous parler de la supériorité de PHP sur Java, et le tout sans le moindre gros-mot, tu es la bienvenue - par contre, pas de mauvaise blague sur les gens de couleur (*) ni sur les tendances sexuelles, on ne veut pas d'ennuis avec un autre site bien-pensant.

(*) nous avons un asiat' dans l'équipe. Il s'est de lui même proposé pour faire des sushis. Nous avons même quelque SysAdmins, c'est dire si on est ouverts.


5 commentaires:

Nicolas Ledez a dit…

Et il y a déjà de la discrimination positive sur les minorités comme ceux qui font du Ruby. Alors bon...

Antonio Goncalves a dit…

Un blog que j'avais écrit durant Devoxx France suite à des suspicions de déséquilibre hommes/femmes : http://www.devoxx.fr/2014/04/la-place-des-femmes-a-devoxx-france/

amertum a dit…

Ils y en a qui ne savent vraiment pas comment occuper leur temps libre. La dictature de la bien-pensance est un remède pire que le mal. On dit bien que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Personnellement, j'ai trouvé le breizhcamp génial, très bien organisé et très accueillant. Je préfère une conférence avec des gros mots et des avis tranchés que consensuelle et insipide. Et si on veut qu'il y ait plus de femmes, et bien, elles n'ont qu'à venir d'elle-même, rien ne les en empêche. Depuis quand choisit-on son travail à cause du taux de parité ? J'aurai choisi un autre métier sinon B-)

Audrey a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Audrey a dit…

Fantastique cet article, on ne peut même pas laisser un commentaire ! Je serai curieuse de connaître l'auteur de ce post afin de pouvoir lui expliquer ma vision des choses (et l'envoyer rencontrer Duchess France au passage)